Un titre qui canarde

Face à cette presse belliqueuse, deux hommes engagés auront pour volonté de s’attaquer « à la guerre, à la censure, aux politiciens, aux affairistes, aux curés, au pouvoir, à la guillotine ». L’initiateur de ce projet est Maurice Maréchal, un ancien journaliste d’extrême gauche tenant la rubrique météo au Matin. Déçu par une presse qui l'empêche de s'exprimer, il contacte Henri-Paul Deyvaux-Gassier, dessinateur à L'Humanité au temps de Jean Jaurès. Les deux instigateurs seront plus tard aidés par Jeanne Maréchal, épouse du premier fondateur. Leur objectif est clair : créer un journal aux antipodes de toute la presse française. Une gazette humoristique et satirique, car les deux hommes maîtrisent bien les traits d’esprit. Cette ironie et ce sarcasme seront leurs seules armes pour tenter de mettre à mal censure et censeurs, et pour informer le citoyen tout en défendant leur indépendance. Ce futur journal vise ainsi, en premier lieu, à dénoncer la boucherie de la guerre. Une guerre décrite par les dirigeants et éditorialistes de la grande presse comme sublime et grisante. Les deux associés décident d’abord de le nommer « Le Canard sauvage ». En argot, « canard » signifie « journal », mais aussi « fausse nouvelle lancée dans la presse ». À cette époque, les Français savent pertinemment que la presse abonde d'informations erronées, contre lesquelles Maurice Maréchal s'insurge. C'est ainsi qu'il emploie ce terme dans le titre, non sans une pointe d'ironie, et qu'un clin d’œil à un journal existant vient compléter. Georges Clemenceau, qui s'oppose au gouvernement, dirige le quotidien L'Homme libre. Puisqu'il critique l'état-major, les censeurs coupent largement ses éditoriaux. Il a donc rebaptisé sa feuille L'Homme enchaîné en octobre 1914. Par analogie, Maurice Maréchal appelle la sienne Le Canard enchaîné, pour à la fois s'en moquer et s'en inspirer. Le 10 septembre 1915, l'aventure commence.

Jeanne et Maurice Maréchal, ou maman et papa canards. Photos : documentaire "Aux quatre coin-coins du Canard", Bernard Baissat, 1987

Jeanne et Maurice Maréchal, ou maman et papa canards. Photos : documentaire "Aux quatre coin-coins du Canard", Bernard Baissat, 1987

Author: Diane Frances

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *