Manufacture : l'envers du décor

Première étape du parcours création de la pièce Sales gosses, la visite des ateliers décors du Théâtre de la Manufacture a réuni une vingtaine de personnes, mardi 10 novembre à Maxéville. L'occasion de découvrir les coulisses de l’œuvre, mise en scène par Michel Didym.

Mardi 10 novembre - Maxéville. C'est un lieu aussi étrange qu'étonnant qu'une vingtaine de personnes ont eu la chance de découvrir en cette nuit froide de novembre. Un lieu méconnu où prennent forme les décors dans lesquels ont évolué Argan, Macbeth et tant d'autres. « Mesdames, Messieurs, approchez, la visite va commencer ! » annonce de manière théâtrale Pascale Brencklé, responsable des relations publiques au Théâtre de la Manufacture. La lumière de la cour s'éteint, rallumée d'un claquement de doigts par sa collègue, Émilie Rossignol. La confection de décors, elle, ne se fait pas comme ça, comme le découvriront bientôt les visiteurs.

Jean-Louis Hoffmann 2

Jean-Louis Hoffmann, directeur technique au théâtre de la Manufacture... - Lucas Hueber

Pascale Brencklé évoque alors l'histoire de la pièce Sales Gosses. Véritable prouesse artistique (la pièce est écrite pour une seule comédienne, Alexandra Castellon), celle-ci est inspirée d'une histoire vraie. Celle d'une élève ligotée sur une chaise et soumise à la torture par ses camarades et son enseignante. « Sauf exception ou mensonge de votre part, avouez-le, on a tous été un sale gosse dans notre enfance ! » conclut Pascale Brencklé. Les visiteurs rient, pensant sous doute à quelques mauvaises blagues réalisées par le passé. En maître des lieux, Jean-Louis Hoffmann, directeur technique, arrive alors pour éclairer les curieux de ses lumières. « Cela fait 4-5 ans que nous sommes installés ici. » explique-t-il en introduction. Auparavant, plusieurs lieux ont servi d'ateliers. Pour faciliter le travail, il a été décidé de tout centraliser.

« Tout est calculé ! »

Jean-Louis Hoffmann - décor Sale Gosse

... dévoile, "en exclusivité mondiale" le décor de Sales gosses. - Lucas Hueber

Direction la première salle, réservée au stockage. Un espace rempli de bric et de broc, où la machinerie  nécessaire à la création des décors côtoie des morceaux de ferraille en tous genres. Salle suivante : l'atelier menuiserie, lieu où les décors commencent à prendre à vie, à grands coups de scie à panneaux. Partout, une odeur de sciure fraîchement tombée au sol empli l'air.« Le décor doit être livré dans dix jours, nous sommes un peu à la bourre ! » avoue le guide, un brin stressé. Vient ensuite la deuxième partie de l'espace de stockage, où s'entassent caisses de costumes, câbles en tous genres et décors des créations de Michel Didym, directeur du Centre Dramatique National (CDN) de Nancy. Une vraie caverne d'Ali Baba ! Quatrième salle dévoilée, et non des moindres : l'espace de montage du décor, dans lequel collaborent six salariés permanents, aidés dans leur besogne par des intermittents.

 

Prototype décor Sale Gosse

Le décor tel qu'il sera visible à partir du 1er décembre - Lucas Hueber

18H56. « En exclusivité mondiale, le décor de Sales Gosses ! ». Comme le montre le rendu final, on est encore loin du compte, puisque seule la structure a été montée. Suffisant toutefois pour s'imaginer le lieu où évoluera la comédienne, à la frontière entre salle de classe, de profs et vestiaire. Suffisant aussi pour permettre à celle-ci de commencer les répétitions. Prochaines étapes : les portes, la verrière, qui permet de passer du jour à la nuit dans la pièce, et les peintures. Une fois fini, le décor sera démonté, livré au CDN et remonté. Une dame demande si le décor rentrera sur la scène de la Fabrique. Jean-Louis Hoffmann lui répond : « Évidemment madame, ça rentre, sinon j'aurais fait une faute professionnelle ! Tout est calculé ! ».
L'homme parle de son métier avec passion, lui qui a 40 ans de carrière dans le montage de décors. Dans un an et demi, il prendra sa retraite. « Je ne compte même plus le nombre de décors que j'ai montés ! » affirme-t-il. Une chose est sûre, Jean-Louis Hoffmann n'est pas là pour faire de la figuration !


Pierre Estadieu

Author: PIERRE.E

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *