Journalistes : l'audience avant tout

Ah ces journalistes… Ceux-là même qui prétendent tout connaître, tout savoir. D’une politique sécuritaire liée aux attentats, jusqu’à ressortir les bonnes vieilles idées anti-immigration, les médias et la presse en générale ont tout traité, tout anglé, tout dit. Vraiment ? Presque. A la différence près qu’ils ont éclipsé discrètement (volontairement ?) l’essentiel de l’information, à savoir les compétences des régions. Surprenant, incohérent, consternant pour des élections ‘’régionales’’.
La loi NOTRe a redessiné nos territoires locaux et définit de nouveaux pouvoirs comme les transports, les lycées, la formation professionnelle ou encore les réseaux routiers. Autant de thèmes non abordés (ou très peu) dans le milieu médiatique, préférant appuyer la politique sécuritaire menée par le président de la République. A quel degré l’élan et le surplus de la presse influence un citoyen, un lectorat, un peuple ? Dans une époque où la surinformation domine (avec une société de multi-écrans), il est forcément élevé. Et c’est prouvé.

L’antinomie du journalisme dérive. Surfer sur la vague du buzz, de l’audience ou informer précisément le lecteur ? Aujourd’hui, la question semble tranchée. Alors il ne faut pas s’étonner à la vue des résultats. Le FN s’étend et les médias ont pleinement leur part de responsabilité.
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. » professait Albert Londres. Encore faut-il savoir où se situe la plaie.

Marius SCHNEIDER

Author: Marius.S

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *