ICI ET AILLEURS

Attentats : l'hommage des Nancéiens

Publié by on 07:44 in Société | 0 comments

Attentats : l'hommage des Nancéiens

[View the story "L'hommage des Nancéiens" on Storify]

read more

Aux urnes citoyens, formez vos bataillons !

Publié by on 07:42 in Billet | 0 comments

Presque 50 %. C’est le chiffre de l’abstention à l’échelle nationale pour le premier tour des régionales. La France vient d’être frappée de plein fouet par l’attentat le plus meurtrier de son histoire. Mais un français sur deux n’a pas jugé utile de se déplacer aux urnes dimanche dernier. Dans ce cas, que faut-il de plus aux Français pour les réveiller ? C’est ça, être français ? L’immobilisme ? Un comportement citoyen difficile à comprendre dans LE pays berceau de la démocratie. En Afrique, des peuples ont peur d’aller voter à cause des représailles, le couteau sous la gorge. Trucages, corruption et coups d’état… La Libye et d’autres pays peinent à maintenir leur transition démocratique… Alors, les Français les premiers à se plaindre, mais les derniers à se déplacer aux urnes ? Peut-on parler d’un manque d’information ? C’est de la mauvaise foi. Les médias sont omniprésents dans notre vie. On sait que le vote par procuration existe. Et des campagnes de publicité ont été menées pour les gens qui l’ignorent. Une expression contestataire ? Cela ne justifie pas l’abstention. Le vote blanc existe. Se déplacer aux urnes, c’est honorer toutes les personnes qui se sont battues pour la démocratie et ses valeurs. Voilà les vraies convictions républicaines ! Il ne faut pas oublier que ce sont les dernières élections avant les présidentielles de 2017. Il est temps que les Français prennent leurs responsabilités ! Si vous n’êtes pas satisfait des dirigeants, pourquoi vous ne vous présentez pas à leur place ? Marie-Charlotte...

read more

Les doux tortionnaires de la démocratie

Publié by on 07:41 in Billet | 0 comments

Loin de tétaniser Valls, les attentats de janvier, et a fortiori, ceux du 13 novembre, l’ont électrifié. Dans sa fougue si caractéristique, le chevalier blanc a enfourché le thème du tout sécuritaire. A bride abattue, l’Assemblé et le Sénat ont voté une nouvelle loi sur le renseignement. Encore une. Un Patriot Act à la française, là où les Américains, plus de dix ans après, sont revenu dessus. Déçus par l’efficience de la collecte massive des données de leurs citoyens. Dans un sentiment de peur primaire, les Français ont fermé les yeux, refusant de voir une vérité en face. Nous avons détourné le regard, moins par complaisance que par passivité. Embourbés dans une torpeur post-attentats. Mollesse vicieuse et confortable. Nous avons autorisé tacitement  notre propre surveillance de masse, par des boites noires, notamment. Quel joli nom d’ailleurs pour un trou noir qui engloutit toutes vos données.  Les plus naïfs argueront que cela est contrôlé par des magistrats. La vérité est toute autre. Un courrier sur le bureau du premier Ministre suffit. Dans le cas des IMISI catcher, qui siphonnent toutes les conversations alentour, il suffit juste de prouver qu’il y a un soupçon « d’atteinte à la sécurité National ». Journalistes, avocats, médecins, citoyens, tous nous sommes concernés. Il n’y a plus de garde-fous. Les fous, au pouvoir, eux peuvent trifouiller cette machine et, en tortionnaire de la démocratie  lui feront dire : « c’est pour votre...

read more

Bono, ferme-la

Publié by on 07:37 in Billet | 0 comments

Tu ne penses pas que Paris a déjà assez souffert ? Le chanteur emblématique de U2 , décidemment très marqué par les attaques terroristes survenues dans notre capitale et revient avec une nouvelle chanson « Streets Of Surrender » écrite à propos des attentats. A première vue, on pourrait croire à un geste d’empathie, une manière artistique de montrer que le groupe, qui devait d’ailleurs jouer à Paris le 14 Novembre, pense à Paris, à la France et aux français. Tous ces bons sentiments, c’est merveilleux. Sauf que cette chanson, avec ses paroles sur Paris, ville de toutes les libertés, faite d’amour et de noblesse avait été écrite au départ pour le chanteur Zucchero. Ah oui, et avant les attentats. J’imagine que d’une manière, ça tombe bien, non ? Au niveau des droits d’auteurs, ça passe mieux si Bono chante Paris qu’un vieux crooneur italien en perte de reconnaissance. Et puis Paul, ce n’est pas la première que nous fait ça. T’en as pas marre de te faire du fric sur des tragédies, le malheur et la souffrance des autres. Conflits religieux, Martin Luther King ou encore les massacres (« Sunday Bloody Sunday » de John Lenn… Bono, pardon), il n’y a pas une tragédie, une injustice, un évènement marquant mondial sans que le chanteur évoque le besoin d’en pondre une chanson. A force, les focalisations sur les grandes causes, aussi importantes soient-elles, ça emmerde. A part ça, autant te dire qu’on a hâte de l’entendre. Merci Bono, on sait maintenant qu’avec toi, tous les chemins mènent à Rome… et à Paris ! Chapeau...

read more

Au moins, il reste le porno

Publié by on 07:36 in Billet | 0 comments

39,99 euros par mois pour Rennes-St Etienne en exclusivité. Voilà ce qui attend les abonnés de Canal + à partir de 2019. La dernière grande attraction de la quatrième chaine s’envole. Au revoir la Premier League sur Canal, bonjour Altice et l’incroyable Ma Chaîne Sport, qui diffuse les plus grandes compétitions sportives. Le championnat de National de Football, la Pro D2 de Handball ou le non moins excitant championnat universitaire de football américain. Alors comment expliquer que Canal + se soit fait dépouiller par ce condensé de l’élite du sport mondial ? Avec une citation : « Anne, ma sœur, Anne ne vois-tu rien venir ? ». A priori, en guettant une attaque de Bein Sport, Canal n’a pas aperçu Patrick Drahi venir l’affaiblir davantage. Mais surtout, comment justifier à ses abonnés que le seul contenu sportif exclusif disponible sur la chaîne soit la Ligue 1 ? Et même pas entièrement, puisque Canal partage les droits avec Bein, mais, ô joie, diffuse les meilleurs matchs du championnat français. Championnat, qui, rappelons-le, connaît un suspense insoutenable : un PSG, qui domine d’une courte tête le classement avec 15 points d’avance sur le logique deuxième, Angers. Qui ne paierait pas une fortune mensuelle pour voir les plus grands esthètes du ballon rond, tels Cheick Diabaté, Nolan Roux ou Mathieu Bodmer ? Les abonnés croisent maintenant les doigts pour qu’on ne les prive pas du dernier plaisir de Canal, parfois solitaire, parfois partagé, mais qui, contrairement à un match de Lille, jamais ne déçoit. Thomas...

read more

Tous des terroristes ?

Publié by on 07:34 in Billet | 0 comments

Terroristes, les auteurs des attentats du 13 novembre l'étaient forcément. Des terroristes jihadistes, islamistes. Ils sont cela et bien d'autres choses. Mais peut-on seulement se poser deux minutes et se questionner sur ce mot et son utilisation depuis quelques décennies ? Dylann Roof, suprématiste blanc de 21 ans, tue neuf personnes dans une église noire de Charleston. Une "dérive raciste". Un homme de 29 ans, un peu trop bronzé pour certains, poignarde trois personnes dans le métro londonien et aurait hurlé "C'est pour la Syrie". Un "acte terroriste" pour la police. Robert Lewis, un homme blanc de 57 ans, ouvre le feu dans un centre du planning familial à Colorado Springs et tue trois personnes. Barack Obama comme les journalistes se gardent d'utiliser les termes de "terrorisme intérieur". On ne sait pas encore que Tashfeen Malik a prêté allégeance à Daech sur Facebook, qu'elle et son conjoint Syed Farook ont déjà le profil des parfaits petits terroristes, quelques heures après la fusillade de San Bernardino. Anders Breivik massacre 69 personnes et en blesse près de 200, sur l'île d'Utoya en Norvège. Un "tueur de masse", un "loup solitaire", un "déséquilibré". Il paraîtrait même qu'il jouait aux jeux vidéos en ligne. Mais, un terroriste ? Vraiment ? A-t-il crié Allahu akbar avant de tirer dans le tas ? La barbe était-elle de circonstance ? N'était-il pas seulement fondamentaliste chrétien et nationaliste blanc ? White people would rather pretend to be blind than acknowledge the prospect of a white terrorist #CharlestonShooting pic.twitter.com/Pilr82zFvm — Glen Coco (@MrPooni) June 18, 2015 Alors au final, aurions-nous utilisé ce mot si les auteurs des attaques du vendredi 13 s'étaient appelés Jean-Michel, Christian ou Matthieu ? Dans l'imaginaire collectif, un terroriste n'est plus quelqu'un qui terrorise. Le terrorisme est une couleur de peau. Une supposée religion. Une barbe fournie ou une djellaba. Alors restons prudent et demandons aux bons musulmans de se désolidariser au plus vite. Pour les chrétiens, point d'inquiétude quant aux actes du KKK, d'Anders Breivik ou de nos amis les croisés. On sait bien que vous n'êtes pas comme ces gens...

read more

L'Amérique, l'Amérique...

Publié by on 07:33 in Billet | 0 comments

«  L’Amérique, l’Amérique, si c’est un rêve, je le saurai… » A une époque où Ben Laden, Daech et les forçats de la terreur n’avaient pas droit de cité, Joe Dassin chantait le continent des rêves comme on dessine la terre promise : de craintes en espoirs, d’espoirs en promesses. Cinquante ans plus tard, on sait. A l’ombre du « cache-misère » Barack Obama, le terroir politique made in USA laboure les terres rétrogrades de l’excès jusqu’à n’en plus pouvoir. Personnage principal : Donald Trump, milliardaire à la faconde inversement proportionnelle à sa maturité intellectuelle. Les gus de ce genre, ça ose tout, et c’est à ça qu’on les reconnaît. Les musulmans ? Dehors ! Les Noirs ? Dehors ! Les homosexuels ? Dehors ! Dehors la tolérance, dehors le progrès, dehors l’Histoire ! Orelsan, rappeur bas-normand de son état, cisaillait à tout-va dans une saillie verbale dont il a le secret : « Plus la carotte est grosse, plus l’auditeur écarte les cuisses. » Le public états-unien de ce drôle d’oiseau avance vers le mur du « çon » d’une démarche titubante, façon ivrogne de bas-étage. Et pour les autres, grosse gueule de bois en perspective... Thomas...

read more

Journalistes : l'audience avant tout

Publié by on 07:30 in Billet | 0 comments

Ah ces journalistes… Ceux-là même qui prétendent tout connaître, tout savoir. D’une politique sécuritaire liée aux attentats, jusqu’à ressortir les bonnes vieilles idées anti-immigration, les médias et la presse en générale ont tout traité, tout anglé, tout dit. Vraiment ?

read more

Marine me peine !

Publié by on 07:29 in Billet | 0 comments

Marine me peine !

Mis à part en 2007, depuis 1981 aucun parti n’a gagné deux fois de suite les législatives. Choix politique ? Non, vote sanction ! Au-delà de l’abstentionnisme en hausse constante, le réel problème est qu’on ne vote plus « pour » un candidat mais  « contre » un autre. A quand de vraies personnalités avec de vraies idées ? Juste un programme cohérent, juste un ! Lorsqu’une majorité a le pouvoir, l’autre base son programme « contre » celle-ci, sans aller plus loin, sans proposer la moindre rationalité. Frapper l’adversaire pour le frapper. Droite ou gauche à l'exécutif, le même schéma se reproduit, sans cesse. Le chien qui se mord la queue… Les récents résultats du premier tour des élections régionales le démontrent. Outre la responsabilité médiatique dans la montée en puissance du Front National, il y a surtout une responsabilité politique. Pour certains ce n'est pas le programme du FN qui a convaincu, mais plutôt la déception. Étonnant n’est-ce pas ? Une contestation pour dire non aux autres, à ceux qui n’ont pas fait, ou du moins mal fait le boulot. En découlent des seconds tours sans saveurs. Beaucoup de scrutins pour lutter contre la poussée de l’extrême-droite. Fusions de listes LR-PS, votes pour l’adversaire dans l’espoir que ce soit « moins pire », il vaut mieux une grippe qu’un cancer. Désormais, dans la sphère politique, les ennemis de mes amis sont mes amis… Qu’il semble bien loin le temps des « Je suis Charlie » et de l’unité nationale « black blanc beurre ». Ne pas oublier qu’entre extrémisme religieux et extrémisme politique, il n’y a qu’un seul mot qui change…   Pierre...

read more

A qui profite le crime ?

Publié by on 07:25 in Billet | 0 comments

Gilbert Collard s'indigne à géométrie variable lorsqu'il apprend les fusillades en plein Paris. D'un côté, pleurer la France, de l'autre, la fustiger pour son laxisme. Dans un même tweet. La rhétorique de l'avocat.  Même si les fusillades feront 130 morts, il faut tenir la ligne directrice, toujours. Celle de la France rabrouée, rabaissée par la "caste médiatico-politique". Cette France que l'on opprime et rabaisse au profit des "immigrés" (un mot confortable car il n'appelle pas de discussion) . Surtout s'ils viennent de l'autre côté de la Méditerranée. Fusillade en plein Paris, pauvre, pauvre France abandonnée ! — Gilbert Collard (@GilbertCollard) 13 Novembre 2015 Les élections régionales, en filigrane, se jouaient déjà. A un mois du scrutin, nous pouvions prédire ce qui allait se passer. Front National partout, PS nulle part. Et, après le premier tour, on ne peut que constater l'étendue des dégâts. La pilule est amère et passe mal. La dynastie Le Pen sort grandie. La garde rapprochée brandit le poing, même si, pour elle, tout semble gagné d'avance. Trois régions dans le collimateur. Toujours plus nombreux sont les fins politologues du zinc du coin. A force d'entendre parler d'une "caste" mêlant journalistes et les politiques, ils en viennent à penser que seul l'honnête FN, loin des magouilles et de l'argent, vaut. Que cela soit au niveau moral ou économique. Cela va sans dire que critiquer l'Europe tout en y siégeant et en touchant un salaire est une forme de résistance active face au système. En un sens, les médias sont la caution d'intégrité du parti. A 130 morts, on pourrait presque penser que les terroristes ont fait le jeu...

read more