Handisport pour tous à l'université

L'université de Lorraine organise son premier festival de rentrée intitulé « Préambule » jusqu'au 1er octobre. L'objectif ? Faire découvrir les richesses de la vie universitaire aux étudiants.
Hier, une activité d'initiation au handisport était organisée sur le campus de lettres, au gymnase Lefebvre.

"Venez essayer le handisport ! Il y a du ping-pong et de la sarbacane !".
Dehors, devant le gymnase de la faculté de lettres, deux jeunes hommes interpellent les étudiants. A leurs côtés, une mini table de jeu. "Allez essayer, n'hésitez pas !" incite l'un d'eux.

A l'intérieur, le terrain de sport est occupé. A gauche, deux tables de tennis de table. Au fond à droite, quatre cibles sur tréteaux. Une quinzaine de personnes s'affairent autour de ces deux ateliers. L'ambiance est calme.
Deux étudiants s'essayent à la sarbacane, d'abord debout puis assis sur un banc. Quatre joueurs se battent en duel autour des tables de ping-pong... assis dans un fauteuil roulant. Pourtant, tous sont valides.

"L'objectif est de sensibiliser le public au handicap", explique Nicole Bernard, chargée du développement du comité départemental du tennis de table. "Certains viennent jouer aujourd'hui et vont en parler autour d'eux ", poursuit-elle.
Pour le référent handicap de l'université, Yves Cardellini, l'objectif est double : mettre les étudiants valides en situation de handicap mais aussi encourager les personnes handicapées à pratiquer une activité sportive. Il s'agit de mixer les publics.

La France à la traîne

Myriam sort du terrain. Étudiante à l'IRTS (Institut régional du travail social), elle venait mettre à jour sa carte étudiante pour le sport. Elle a testé les deux activités. "On se rend vraiment compte des difficultés. J'ai préféré la sarbacane. Il y a moins d'obstacles dans la pratique."

Côté ping-pong, deux étudiants s'affrontent dans un match sans merci. Françoise Lapicque anime l'atelier. Elle joue au club de Velaine-en-Haye et est chargée de l'accueil des étudiants handicapés à l'université. "Le sport leur permet vraiment de trouver une place dans la société. En France, on est en retard. Il y a encore des progrès à faire en matière d'accessibilité !", commente-t-elle.

Jordan et Sacha, deux étudiants en histoire, jouent le jeu jusqu'au bout. Ils ramassent les balles perdues en fauteuil. "C'est super dur mais c'est intéressant de mesurer la difficulté. Et puis les animateurs sont accueillants !", confie Jordan.

Seize heures. Il est temps de ranger le matériel. Françoise Lapicque est ravie : "C'est un succès. En deux heures, une centaine d'étudiants ont été initiés au handisport. C'est un pas en avant !"

Sarah COTTON

Un atelier handisport était proposé lors du festival Préambule de l'université de Lorraine

Un atelier handisport était proposé lors du festival Préambule de l'université de Lorraine

Author: Sarah Cotton

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *