Agoraé : "une épicerie solidaire pour les étudiants précaires"

Le 1er décembre 2014, l'Agoraé caennaise, un projet à l'initiative de la Fédération Campus Basse-Normandie, ouvrait ses portes. Aujourd'hui, huit bénévoles gèrent cette épicerie sociale et solidaire à destination des étudiants en situation de précarité. Trois questions à Florentin Guyomard, vice-président de la Fédération Campus Basse-Normandie.

Florentin Guyomard est un des huit bénévoles de l'Agoraé Caennaise.

Florentin Guyomard est un des huit bénévoles de l'Agoraé Caennaise. © Fleuriane Tuboeuf

Quel rôle joue l'Agoraé dans la lutte contre la précarité étudiante ?

« L'épicerie sociale aide les étudiants qui n'ont plus que 7,50€ de reste à vivre quotidien. Des produits frais et d'alimentation de base sont proposés à seulement 10 % du prix habituel des grandes surfaces. Le but de l'Agoraé est de se fondre dans le paysage social des aides étudiantes. Nous sommes un véritable complément du CROUS. »

10 mois après l'ouverture de l'Agoraé, quel constat faites vous quant à la précarité étudiante à Caen ?

« Ce que nous avions imaginé correspond à la réalité. Un étudiant sur cinq est salarié en parallèle de ses études et 10 % des étudiants ne prennent pas 3 repas par jour par manque d’argent. Les étudiants ayant bénéficié de l'épicerie solidaire en 2014 ont des profils similaires : personnes en situation de rupture familiale, étudiants salariés mais aussi étrangers. En juin 2014, ils étaient 50 à bénéficier de l'aide alimentaire offerte par l'association. Il y avait un réel besoin d'implanter cette épicerie à Caen. »

Vous proposez également des activités, va-t-il y avoir des nouveautés cette année ?

« Nous voulons d'abord poursuivre les activités engagées comme les ateliers de cuisine qui ont très bien fonctionné. Une journée sur le développement durable et l'économie solidaire sera organisée en février 2016. Nous pensons aussi mettre en place des jardins partagés. Les récoltes seront distribuées aux bénéficiaires de l'Agoraé. Nous voulons sensibiliser tous les étudiants et les inciter à rencontrer les acteurs locaux qui sauront les aider et répondre à leurs besoins. »

 

Propos recueillis par Fleuriane Tuboeuf

Author: FLEURIANE.T

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *