A qui profite le crime ?

Gilbert Collard s'indigne à géométrie variable lorsqu'il apprend les fusillades en plein Paris. D'un côté, pleurer la France, de l'autre, la fustiger pour son laxisme. Dans un même tweet. La rhétorique de l'avocat. 

Même si les fusillades feront 130 morts, il faut tenir la ligne directrice, toujours. Celle de la France rabrouée, rabaissée par la "caste médiatico-politique". Cette France que l'on opprime et rabaisse au profit des "immigrés" (un mot confortable car il n'appelle pas de discussion) . Surtout s'ils viennent de l'autre côté de la Méditerranée.

Les élections régionales, en filigrane, se jouaient déjà. A un mois du scrutin, nous pouvions prédire ce qui allait se passer. Front National partout, PS nulle part. Et, après le premier tour, on ne peut que constater l'étendue des dégâts. La pilule est amère et passe mal. La dynastie Le Pen sort grandie. La garde rapprochée brandit le poing, même si, pour elle, tout semble gagné d'avance. Trois régions dans le collimateur.

Toujours plus nombreux sont les fins politologues du zinc du coin. A force d'entendre parler d'une "caste" mêlant journalistes et les politiques, ils en viennent à penser que seul l'honnête FN, loin des magouilles et de l'argent, vaut. Que cela soit au niveau moral ou économique. Cela va sans dire que critiquer l'Europe tout en y siégeant et en touchant un salaire est une forme de résistance active face au système. En un sens, les médias sont la caution d'intégrité du parti.

A 130 morts, on pourrait presque penser que les terroristes ont fait le jeu du FN...

Author: LUCAS.H

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *